Immobilier en bord de mer : combien ça coûte ?

Publié le 30 octobre 2019 | 136 vues
Immobilier en bord de mer : combien ça coûte ?

En bref : 

• La valorisation d’un bien immobilier en bord de mer est complexe et dépend de nombreux paramètres. Les prix sont très variables selon les régions.
• Une plus-value pérenne à la revente est assurée et des délais de vente rapides.
• L’acquisition d’un bien immobilier en bord de mer est un investissement rentable dans le cadre de la location saisonnière.

Les propriétés en bord de mer font rêver, notamment lorsque l’on songe à sa retraite. Mais derrière le coup de cœur, attention à garder en tête les fondamentaux de l’immobilier : l’emplacement, la qualité du bien et un prix en accord avec le marché. Selon les régions, la valorisation d’une vue sur la mer ne sera pas la même.

Appartement ou maison avec vue sur la mer

Maison face à l’océan mais éloignée des commerces, appartement avec vue partielle sur le littoral mais à proximité de toutes les commodités… Le prix d’un bien avec « vue sur mer », un achat souvent « coup de cœur », reste corrélé à des critères bien trop subjectifs pour en tirer une moyenne. « La valorisation d’une vue sur mer est complexe et elle est également très dépendante de nombreux paramètres. Une vue sur mer à Saint-Jean-de-Monts est différente d’une vue sur mer aux Sables d’Olonne ou à Noirmoutier », affirme Benoit Richard, responsable prescription et offre immobilière au Crédit Mutuel Océan. Selon ce dernier, dans l’immobilier neuf, la valorisation du prix peut aller de 800 à 2 000 euros du mètre carré ou plus.

Une chose est sûre : une propriété avec vue sur la mer – le dénominateur commun – se vendra mieux et plus cher. Mais pour ne pas acheter un bien surcoté, mieux vaut garder la tête froide et multiplier les visites. Ne vous contentez pas du descriptif des annonces des promoteurs mais visiter et comparer les produits entre eux ! L’emplacement et la qualité du bien sont deux éléments essentiels qui participent à la valorisation du bien et facilitent la revente. « La vue sur mer est effectivement un gage de plus-value pérenne à la revente et, à défaut de plus-value forte, garantit un délai de vente plus court et rapide », assure Benoit Richard.

Des prix variables en bord de mer

Selon les régions, les prix de l’immobilier sont très variables. La Côte d’Azur et ses plages ensoleillées continuent de faire rêver les investisseurs, malgré des prix au mètre carré comparables au marché parisien. À Ramatuelle dans le Var, comptez un prix moyen de 12 159 € le mètre carré et de 11 553 € à Saint-Jean-Cap-Ferrat dans les Alpes-Maritimes, selon les Notaires de France. Quelques pépites sont encore à saisir, à l’image des Saintes-Maries-de-la-Mer dans les Bouches-du-Rhône et de leur 3 340 euros le mètre carré.

La Côte Atlantique a également le vent en poupe, conjuguant attractivité du littoral et prix raisonnables. Si les prix au mètre carré à Lège-Cap-Ferret en Gironde s’établissent à 6 965 euros et à 6 235 € aux Portes-en-Ré sur l’Île-de-Ré, la ville d’Arcachon tire son épingle du jeu avec une moyenne de 5 809 €.

Enfin, la Bretagne connaît un rebond de son marché immobilier depuis deux ans, notamment grâce à l’arrivée de la ligne à grande vitesse (LGV) à Rennes, reliant la capitale bretonne à Paris en 1h30. Le prix du mètre carré est de 2 540 €, en hausse de 3,90% en 2018.

Un patrimoine pour votre future retraite

Si votre achat d’une maison ou d’un appartement en bord de mer est un investissement locatif, la qualité de la vue est un élément déterminant. « Lorsque le bien dispose d’une vue sur mer et qu’il est situé dans un secteur géographique de qualité, le loyer est bien évidemment valorisé », indique Benoit Richard.

La location saisonnière affiche des prix par jour ou par semaine plus élevés qu’à l’année. Mais les rotations sont fréquentes et nécessitent de trouver régulièrement des locataires (sans compter l’entretien du bien à effectuer).

À noter également que, dans le cadre d’une location saisonnière à la mer, la demande est souvent concentrée sur la saison estivale. Pour rentabiliser au maximum votre achat, l’option d’y séjourner durant la belle saison devra être écartée. Néanmoins, une utilisation partielle de votre bien vous permettra de percevoir des revenus pendant votre activité professionnelle, tout en bénéficiant d’une fiscalité allégée grâce au statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP). Vous pourrez également vous constituer un patrimoine pour votre future retraite.

Articles les plus consultés

Chez soi
BBC et RT 2012, quelles différences ?
La révolution verte prend son envol dans la construction immobilière dans le but de concilier confort de vie optimal, économie d’énergie et préservation de l’environnement.
25 septembre 2016 Lire l'article
Vos droits
Loi Macron : les 7 points qui changent dans le secteur immobilier
La loi Macron permet désormais à l’acquéreur d’un bien de bénéficier d’un délai de rétractation de 10 jours...
6 avril 2016 Lire l'article
Vos droits
L’achat d’un logement pour les concubins
Vivre en concubinage est une situation qui séduit de plus en plus les couples. Quelles sont les précautions à prendre pour l’achat d’un logement à deux ?
11 février 2016 Lire l'article