RT2020 – L’habitat passif

Publié le 3 mars 2016 | 7547 vues
RT2020 – L’habitat passif

Des BBC aux BEPOS avec la nouvelle réglementation RT2020

Le 1er janvier 2020, la nouvelle réglementation thermique RT2020, entrera en vigueur et remplacera l’actuelle RT2012. Cette dernière s’applique aux BBC, « bâtiments de basse consommation ». La RT2020 ira plus loin et s’adressera aux BEPOS, « bâtiments à énergie positive ou passive ». Dans les nouvelles constructions, l’énergie sera positive. Cela signifie qu’il faudra que l’énergie produite soit supérieure à l’énergie consommée.

La RT 2020 s’inspire en particulier des labels allemands et de ses normes PHPP (Passivhaus)

Selon la norme BBC, la limite de consommation à ne pas dépasser est de 50 kWh/m² par an. A compter de 2020, la performance énergétique des bâtiments sera ramenée à un niveau passif : la production énergétique devra au moins être égale à l’énergie consommée.

La RT2012 considère la consommation énergétique du refroidissement, du chauffage, de la production d’eau chaude sanitaire, de l’éclairage, des ventilateurs et des pompes. La RT2020 s’intéressera, en plus, à l’utilisation des appareils ménagers, des appareils électroniques (ordinateurs, télévision, réfrigérateur) ainsi qu’à l’empreinte carbone de la construction.

Le bâtiment passif en 2020

En 2020, l’individu sera éco-responsable, il deviendra l’acteur de sa propre consommation. Il lui sera demandé de consommer moins d’énergie afin d’atteindre le seuil de zéro gaspillage énergétique. L’empreinte environnementale sera également en jeu avec le cycle de vie des matériaux et les conditions de fabrication des équipements. Les artisans du bâtiment seront incités à utiliser des matériaux écologiques tels que le bois, le chanvre, l’ouate de cellulose. Le bien-être des habitants sera aussi mis en avant avec la qualité de l’air intérieur et l’isolation phonique.

Grâce à une isolation performante, une ventilation efficace et une bonne conception bioclimatique, le bâtiment à énergie passive de 2020 devra avoir une consommation de chauffage inférieure à 12 kWh par m² et par an. La consommation totale d’énergie primaire (chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage et appareils électriques) devra être inférieure à 100 kWh/m² et par an. Il faudra donc profiter au maximum des ressources énergétiques gratuites pour assurer le fonctionnement du bâtiment BEPOS. L’enveloppe du bâti devra donc offrir de hautes performances thermiques, elle sera parfaitement isolée en parois opaques et parois vitrées (pour favoriser l’éclairage naturel) afin de limiter toute déperdition énergétique. Les panneaux solaires photovoltaïques, les puits canadiens, les poêles à bois, les ballons thermodynamiques seront privilégiés pour que l’énergie produite soit auto-consommée. Un surplus d’énergie sera éventuellement réinjecté dans le réseau énergétique national ou local.

En 2020, l’individu consommera différemment, de façon responsable. Les nouveaux bâtiments labellisés BEPOS présenteront un bilan énergétique passif attestant d’un écart énergétique autorisé entre l’énergie primaire non renouvelable entrante et l’énergie primaire sortante.

Articles les plus consultés

Chez soi
BBC et RT 2012, quelles différences ?
La révolution verte prend son envol dans la construction immobilière dans le but de concilier confort de vie optimal, économie d’énergie et préservation de l’environnement.
25 septembre 2016 Lire l'article
Vos droits
Loi Macron : les 7 points qui changent dans le secteur immobilier
La loi Macron permet désormais à l’acquéreur d’un bien de bénéficier d’un délai de rétractation de 10 jours...
6 avril 2016 Lire l'article
Vos droits
L’achat d’un logement pour les concubins
Vivre en concubinage est une situation qui séduit de plus en plus les couples. Quelles sont les précautions à prendre pour l’achat d’un logement à deux ?
11 février 2016 Lire l'article